Rechercher

Nous avions dédié un épisode aux attentes sur cette édition si particulière du CES 2021, et nous avions promis un bilan. Le voici donc. Après avoir assisté aux éditions physiques de 2019 et 2020, j’avais une bonne base de comparaison… et d’attentes !

CES 2021, une édition pas comme les autres

Petit rappel si tu n’as pas écouté ou lu notre épisode de préparation : coronacrise oblige, le CES 2021 a été organisé de façon totalement virtuelle. Moins de 2000 exposants au lieu des presque 4 500 de l’année 2020 ; accréditations offertes à tout visiteur de l’édition précédente qui s’inscrivait à l’ouverture des ventes ; environnement virtuel construit par Microsoft ; « live anchor desk », espèce de chaîne de télé à lancer en arrivant sur le site pour mieux nous informer sur ce qui se passe.

Le fait qu’ils aient prévu cet anchor desk aurait dû nous mettre la puce à l’oreille.

CES 2021, l’organisation défaillante ?

Nous avions imaginé dédier ce billet bilan aux innovations présentées, aux contenus de conférence enthousiasmants, aux lancements de produits intéressants. Malheureusement, le format a trop laissé à désirer pour être passé sous silence. Tout le secteur de l’événementiel attendait d’ailleurs les résultats de cette édition pour en tirer les enseignements voire les bonnes pratiques. Les mauvaises pratiques, c’est un enseignement aussi.

Bien sûr, on ne peut pas faciliter un événement digital de plusieurs milliers, voire centaines de milliers de personnes (exposants et visiteurs confondus) de la même façon qu’on lance un webinar sur Zoom pour 30 personnes. Le défi était de taille. Et le temps pour l’organiser court. Mais les basiques d’un salon mondial n’y était pas.

Premier basique absent : le live. Si le line-up de conférences était très intéressant, presqu’au niveau des éditions précédentes, elles étaient… enregistrées. Un animateur de table ronde a gentiment rabroué l’intervenant qui a lâché le morceau lors de la table ronde #privacy. Au moins, on a compris pourquoi les sujets brûlants de la semaine dernière n’y étaient pas évoqués du tout… Qui dit enregistrés, dit aucune question du public non plus. Certes, les grandes conférences sur place ne les autorisaient pas non plus, mais les petites, si. Et les replays ne sont pas disponibles immédiatement – même s’ils resteront disponibles jusqu’au 15 février.

Deuxième basique absent : le rangement par secteur d’activité. Le CES est un énorme paquebot qui nous avait donné l’habitude de « ranger » les exposants par hall, et dans certains halls par sujet. On s’attendait donc légitimement à ce que l’annuaire exposant disponible pour les visiteurs pour « entrer » dans les stands virtuels permette le même rangement, a minima dans les critères de recherche. Et non. Nom de l’exposant seulement.

Troisième basique absent : l’observation de loin. Impossible de ne pas accepter de partager ses données avec la société sur laquelle on clique. Accenture a même été plus loin, en ouvrant un stand en dehors du CES (le site du CES y donne l’accès) et ne montre le contenu qu’après qu’on ait rempli un formulaire… décourageant. Et rien n’attire le regard que le nom des entreprises.

Quatrième basique absent : on en avait parlé lors du billet du before, aucune sérendipité, aucun échange avec les autres visiteurs, aucun stand devant lequel on passe en chemin et on s’arrête parce qu’on l’avait raté dans notre préparation…

CES 2021, les invariants

Heureusement, les medias sont toujours intéressés, les fabricants ont profité de l’occasion pour lancer des nouveautés et créer les attentes, et la couverture médiatique (y compris sur les réseaux sociaux) a quand même permis à des produits ou noms d’exposants d’émerger, et donc d’être trouvés sur la plateforme. Il y aura sans doute une analyse chiffrée qui confirmera si la couverture a beaucoup baissé ou pas par rapport à l’an dernier, c’est pour l’instant trop tôt, et on gardera un oeil pour quand elle arrive.

On a eu droit au mix habituel de grands stands (virtuels) par les marques connues présentes et des start-ups, même si la taille n’avait plus aucune représentation physique sur le site ; d’aucuns diront que ça c’était une bonne chose, pour une fois. Cependant, on pouvait encore voir les moyens alloués sur la qualité des vidéos. Et pour revenir aux basiques manquants, juste un nom pour une start-up, ça n’incite pas à entrer sur le stand – manque de notoriété oblige. Sans couverture presse ou réseaux sociaux, pas de visites…

En ce qui concerne le business, aucune info encore sur les résultats. 1 800 produits proposés, mais est-ce que ce n’est pas surtout les grandes marques qui tirent leur épingle du jeu ? LG a énormément communiqué, par exemple. Les robots ont reçu aussi pas mal de couverture. Mais l’émergence de « petites » entreprises découvertes au CES n’a pas eu la même ampleur dans cette édition.

Pour aller plus loin

Dans la vie d’avant, on enchaînait Vegas et New York pour aller au NRF, ma grand messe de l’innovation autour du Retail.

La NRF s’est aussi réinventée, avec une durée allongée, et a ouvert le 12 janvier pour une durée de 2 semaines au lieu des quelques jours habituels, sur un format complètement virtuel aussi. Mais à part les médias spécialisés Retail, la couverture n’est pas encore au rendez-vous.

Ce que l’on peut retenir de cette édition du CES 2021, c’est qu’elle a occupé le terrain et a permis de ne pas casser certains rituels. Même si on a tous hâte de se retrouver l’année prochaine en vrai !

Liens vers les références citées : 

CES 2021 : UNE EXPÉRIENCE EN LIGNE FRUSTRANTE POUR LES STARTUPS DU QG DE NOUVELLE-AQUITAINE : https://www.latribune.fr/edition-quotidienne/15-01-2021/numerique/ces-2021-une-experience-en-ligne-frustrante-pour-les-startups-du-qg-de-nouvelle-aquitaine-64953.html
NRF 2021 : Ce qu’il faut attendre de la grande convention américaine du retail : https://www.lsa-conso.fr/nrf-2021-ce-qu-il-faut-attendre-de-la-grande-convention-americaine-du-retail,369888


Les réactions suite au tweet d’avant émission

Logo du CES en illustration

Logo Discord

Envie de converser en mode Cozy Web avec toute la rédac’room et la formidable communauté bienveillante de plus de 500 personnes qui ont rejoint #BonjourPPC Le Digital pour tous ?
On vous accueille ici avec grand plaisir.

vignette podcast bonjourPPC

Tu cours après le temps ?
Si ça te dit de te joindre à nous et recevoir la newsletter hebdo te permettant d’apprendre plein de choses et de ne pas rater le train du digital, il te suffit de t’inscrire ici

Proposé par
Laura Bokobza

Executive VP / DG / DGA – Transfo Digitale, Excellence commerciale, Business Development, Marketing & Comms, Open Innovation.

Curieuse invétérée. Ancienne CDO/CMO passée du côté obscur de la force, à présent free-lance.

Comité édito #deLaRoom #BonjourPPC

https://linktr.ee/laurabokobza

Podcast Revues et Corrigées : https://link.chtbl.com/35g4DeeI

Joindre la discussion

A lire dans cette thématique

Deux StormTroopers en Lego branchent un cable de Mac

La digitalisation de Lego

Si tu es né·e entre 1960 et 2010, il est fort probable que tu aies à un moment donné joué avec des briques Lego. Il est même possible que...

La Playlist du DJ

La newsletter