Rechercher

Tu as remarqué ces flambées de violence qui nous entourent ? Que ce soit dans la rue ou sur les réseaux sociaux, de trop nombreuses communications sont d’une rare violence. Parce qu’on adore le Cosy Web, et si on faisait un break en abordant aujourd’hui la communication NonViolente ? Ah oui, NonViolente en un mot, c’est déposé.

C’est quoi la communication NonViolente ? De quoi parlons-nous?

La Communication NonViolente n’est pas une simple charte de bonne conduite communicationnelle. Comme son nom ne l’indique pas, la Communication NonViolente, souvent abrégée/camouflée en CNV, est en réalité un ensemble de techniques permettant de mieux analyser et communiquer nos sentiments. A fortiori quand ces derniers sont provoqués par les actes et paroles d’autrui et que vous comptez lui en toucher deux mots, certes !! 

Mais c’est la CNV c’est clairement un concept beaucoup plus large.

La CNV nous invite à sonder nos sentiments, nos besoins et nos attentes, ainsi que ceux de nos interlocuteurs, de manière bienveillante et empathique, et à débusquer les maux derrière nos mots, pour éviter les phrases qui “clashent” et les phrases de trop…

La Communication NonViolente a été mise au point par Marshall Rosenberg, docteur en psychologie, élève puis collaborateur du psychologue américain Carl Rogers, rédacteur de plusieurs livres dont celui référence «Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs)». La CNV est enseignée et appliquée un peu partout dans le monde depuis sa création dans les années 1970.

Quand faut-il utiliser la communication NonViolente ?

La CNV est utile dans le cadre de toutes les interactions potentiellement problématiques et ce, quel que soit le contexte : travail, famille, amis, voisins… Autant dire que ce ne sont pas les occasions de l’utiliser qui manquent !

Et si nous avons abordons le thème CNV et digital, c’est parce qu’il est d’autant plus important de prendre soin de nos communications online et de leurs formulations, sur des canaux où l’on ne transmet pas de “non-verbal” (attitudes, gestes, intonations…). 

Comment ça marche la CNV ?

Le concept de la CNV repose sur quatre piliers, quatre fondamentaux résumés en 1 acronyme : OSBD, pour Observation, Sentiments, Besoins et Demande :

Observer la situation sans la juger

• Verbaliser les Sentiments ressentis en utilisant la 1e personne

• Identifier le Besoin insatisfait (potentiellement caché derrière les sentiments)

• Exprimer sa Demande (précise et réaliste) positivement, sans exiger

Voici une construction de phrase OSBD type : “Quand je vois/j’entends/tu fais (décrire la situation objectivement), je me sens (expliquer l’émotion ressentie) car j’ai besoin de (décrire son besoin) alors pourrais-tu (préciser l’attitude ou l’action souhaitée)”?

Donc on ne dit pas : “Eh t’abuse, c’est toujours pareil, t’es toujours en retard et c’est moi qui me retrouve seule à t’attendre, sympa, j’en ai marre de ton égoïsme sur ce projet” 

MAIS :

“Le RDV était à 9h. Quand tu arrives en retard (observation factuelle), je ne me sens pas respectée (sentiment) et je ne ressens plus ton implication dans le projet (besoin). Pourrais-tu à l’avenir, t’efforcer d’arriver à l’heure (demande) ?

Ça peut paraître un peu tarabiscoté et pas toujours simple à mettre en application, mais une fois que l’on intègre le processus et que l’on gagne en pratique, c’est drôlement efficace. Et le livre de l’auteur, galerie d’exemples éclectiques, éprouve l’efficacité dans maintes mises en situation.

Cependant, tout n’est pas rose…

Marshall Rosenberg et ses formations à la CNV ont été beaucoup critiquées. « Concept enfonçant des portes ouvertes, formations hors de prix, comportement de gourou du créateur s’avérant moins pieu dans la réalité que dans ses écrits, surfe sur la mouvance du développement personnel… » OK. Il y a probablement du vrai. 

Mais rien n’empêche d’utiliser sa technique qui fonctionne, voire même de la personnaliser à sa sauce. On ne peut qu’être gagnant à maîtriser le B.A.-BA du langage émotionnel et surtout à prendre conscience de l’autre, dans toutes ses différences. 

Et c’est bien car chacun vit/perçoit/pense/analyse différemment les choses, qu’adopter une communication claire, justifiée et bienveillante, ne peut s’avérer que fructueuse ♥

Pour en savoir plus :

Photo by Jonathan Meyer on Unsplash

Illustrations Wikimedia Commons

Tu cours après le temps ? Si ça te dit de te joindre à nous et recevoir la newsletter hebdo te permettant d’apprendre plein de choses et de ne pas rater le train du digital, il te suffit de t’inscrire ici 👇🏻👇🏻

Envie de converser en mode Cozy Web avec toute la rédac’room et la formidable communauté bienveillante de plus de 500 personnes qui ont rejoint #BonjourPPC Le Digital pour tous ? On vous accueille ici avec grand plaisir.

Proposé par
Alice Desjardins

Consultante marketing / Dir. MarCom associée / Chargée de cours

Depuis 2013, je suis chez MOUAH et propose du conseil marketing aux entreprises et du « coaching digital » à leurs équipes dirigeantes. En parallèle, je participe à la belle aventure de l’ESS boost your trip, donne des cours de communication à AMOS et suis membre de plusieurs associations, ainsi que de cette jolie room.

Au plaisir d'échanger ツ

Laisser un commentaire

A lire dans cette thématique

La cancel culture

La “cancel culture”, ce phénomène qui vise à effacer, à “annuler” une personne ou un groupe de personnes qui ne pensent pas la même chose...

La Playlist du DJ

C’est à lire

La newsletter

%d blogueurs aiment cette page :