Rechercher

Le 17 mars dernier, la France entrait en confinement. Et pendant plusieurs jours, une des fameuses Tendances de Twitter (« TT ») était sur #AnimalCrossing ou #ACNH pour Animal Crossing New Horizons, le nouvel opus de la licence Nintendo qui faisait enfin son apparition sur Switch après 7 ans sans nouveau jeu. En pré-commande depuis de nombreux mois, le jeu était très attendu en retrait boutique le vendredi 20 mars, sauf que les boutiques phares de ces retraits étaient considérées commerces non-essentiels, comme Micromania ou la Fnac.

Soucis logistiques mis à part – et résolus rapidement par les enseignes concernées, le jeu n’en finit pas d’occuper petits et grands comme hommes et femmes, ce qui est assez rare pour le remarquer. Pour exemple de l’engouement, le couple de Youtubers gamers Guillaume et Kim (653 000 abonnés, le seul couple de France dont la vie n’a pas changé depuis le début du confinement, vu qu’ils passent leur temps à jouer à des jeux chez eux) publie une fois par jour sur ce jeu, et la dernière en date (la 24) a fait 60 000 vues déjà en à peine 2 jours, ce qui est juste hallucinant (la première d’il y a un mois cumule plus de 300 000 vues déjà).

Pourtant, ce jeu n’est pas récent : le premier opus date de 2001 au Japon et la licence est arrivé en Europe et aux US au début des années 2000 (entre 2002 et 2004 selon les pays), sur la console GameCube. Animal Crossing New Horizons n’est que le 5ème de la série, après Animal Crossing, Animal Crossing Wild World (sur DS), Animal Crossing Let’s Go to the City (sur Wii), et Animal Crossing New Leaf (sur 3DS), qui date de 2013.

Les graphismes sont très « kawaï » (mignon, en japonais), il ne se passe jamais rien de grave ou d’anxiogène – il n’y a même pas de duel où tout le monde va bien à la fin comme dans Pokémon, et la particularité du jeu est qu’il n’y a aucun gagnant, aucune fin, aucun objectif commun à tous les joueurs. Certains vont diront que le but est de devenir maire du village. Certes, mais une fois que c’est fait, le jeu n’est pas fini pour autant. D’autres voudront accumuler beaucoup de clochettes et suivront le cours du navet comme un trader les cours du CAC40 – je vis avec l’un d’entre eux, je sens bien qu’il hésite à me demander de mettre à sa disposition mes compétences Excel pour lui sortir des graphes, et on sait bien que ce genre de course à l’échalote ne s’arrête jamais. D’autres encore vous diront que leur but est d’atteindre les très convoitées 5 étoiles pour la beauté de l’île – qui attirent les touristes un peu comme sur TripAdvisor, mais de la même façon, ce n’est pas une fin en soi, et vous pouvez les perdre très vite si vous ne revenez pas régulièrement sur le jeu.

Parce que le jeu se sert de l’horloge de la console pour suivre les heures, les jours, et même les saisons. Les différents défis sont donc adaptés à la vie « réelle » des joueurs, comme celui de la chasse aux oeufs de Pâques tout juste passé, ou celui très attendu par les joueurs passionnés du bonhomme de neige l’hiver prochain… Et si vous ne revenez pas, vous êtes envahi par les mauvaises herbes, vos fleurs peuvent faner, bref, ça peut vite être beaucoup moins joli… et vous perdez des étoiles.

Véritable microcosme de l’économie réelle, avec le cours du navet, mais aussi le prêt à rembourser – si on veut seulement – pour la construction de sa première maison, les objets à échanger contre des clochettes ou les miles (les 2 monnaies du jeu selon ce que vous devez), l’exploitation des ressources naturelles (bois, fer, etc.) pour gérer les infrastructures (construire des ponts, des routes), l’animation sociale et culturelle des habitants/locataires à ne pas négliger – le musée est un des premiers bâtiments « communs » à terminer, chacun y joue à son rythme et crée son propre parcours.

Un jeu sans fin, auquel on doit se connecter tous les jours, dans l’univers duquel il ne se passe jamais rien de grave, où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, si ce n’est pas LE jeu du confinement, ça…

Le phénomène Animal Crossing, on en parle dans cet épisode.

image couverture podcast le digital pour tous
🎙Le Digital pour tous est disponible en replay sur Apple Podcasts, Google Podcasts, Spotify, Deezer, Radio Public, TuneIn, PodPlayer, Overcast, Breaker, Castbox et Pocket Casts

Liens vers les références citées lors de cet épisode :

Animal Crossing New Horizons : 5 millions de copies digitales vendues aux États-Unis https://www.journaldugeek.com/2020/04/23/animal-crossing-5-millions-copies-digitales-vendues-etats-unis/
Mais pourquoi est-ce que tout le monde joue à Animal Crossing ? https://www.ladn.eu/mondes-creatifs/pourquoi-tout-monde-joue-animal-crossing/amp/

Les réactions suite au Tweet d’avant épisode https://twitter.com/ppc/status/1253201383521751041

Laura Bokobza

@lbokobza

Executive VP / DG / DGA – Transfo Digitale, Excellence commerciale, Business Development, Marketing & Comms, Open Innovation.

Curieuse invétérée. Ancienne CDO/CMO passée du côté obscur de la force, à présent free-lance.

Comité édito #deLaRoom #BonjourPPC

Mon Linktree

Podcast : Revues et Corrigées

Proposé par
Laura Bokobza

Executive VP / DG / DGA – Transfo Digitale, Excellence commerciale, Business Development, Marketing & Comms, Open Innovation.

Curieuse invétérée. Ancienne CDO/CMO passée du côté obscur de la force, à présent free-lance.

Comité édito #deLaRoom #BonjourPPC

https://linktr.ee/laurabokobza

Podcast Revues et Corrigées : https://link.chtbl.com/35g4DeeI

Laisser un commentaire

1 commentaire

A lire dans cette thématique

La Playlist du DJ

C’est à lire

%d blogueurs aiment cette page :